l'écriture soulage la pensée

11 mai 2018

L'amour n'est que question

Quand je te dis je t'aime

Quand je t'écris je t'aime

Quand je te crie je t'aime

Et que tu ne réponds pas

Je lutte et je me débat

Contre cet amour que je ne comprends pas

P1000827

 

Posté par Louise Varenne à 22:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


25 avril 2018

LA VOUIVRE personnage irréel vivant dans les marais et sortant tout droit des fables de certaines régions françaises

LA VOUIVRE

 

Lune blanche tu éclairs les marais

Un souffle balance les roseaux

Couchée dans l’herbe verte, elle renait

Envoutante déesse des eaux

 

La Vouivre

 

Furtive, elle glisse et vous observe

Elle s’immisce et se perd dans vos rêves

Elle protège son diamant son trésor

Il est son âme, son cœur et son corps

 

La Vouivre

 

Elle est douceur et sans malice

Les humains pour elle sont factices

Elle fait de son repère un cocon

Méfiante elle se cache bien au fond

 

La Vouivre

 

Malheur à ceux qui veulent lui voler

Sans même vouloir l’apprivoiser

Le joyau si précieusement gardé,

De ses représailles vous souffrirez

 

La Vouivre

 

Jamais elle ne mange les enfants

Car au front ils portent le diamant

Elle fuit la cupidité des Hommes

Plaisirs et richesses sont leurs dogmes

 

La Vouivre

 

Dans l’eau claire elle ira se baigner

Au soleil doucement se sécher

Elle goutera les délices du temps

Abandonnée aux caresses du vent

 

La Vouivre

La vouivre

Posté par Louise Varenne à 09:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 avril 2018

L'élue, ne faut il qu'une femme pour se tenir debout?

L'ELUE

As tu enfin trouvé

Celle qui saura t'apaiser

Elle redonne un sens à ta vie

Te fait oublier tes ennuis

 

Te caresse le coprs et le coeur

Avec des gestes de douceur

Si elle en vaut vraiment la peine

Dis lui fort que tu l'aimes

CIMG5459

Posté par Louise Varenne à 19:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 avril 2018

Et si nous laissions parfois déborder notre colère?

SAVOIR DIRE MERDE !

 Quel bonheur, quelle libération

Savoir dire merde aux conventions

Déverser une charretée de gros mots

Se lâcher parce que c’est à-propos

Ça vous semble une ineptie ?

C’est juste une question de survie

 

C’est facile de dire oui oui, merci

D’accepter et d’être gentil

De rester politiquement correct

Mais doit-on sans cesse baisser la tête ?

Laissons parfois parler nos pulsions

Pour enfin libérer les tensions

 

Je n’ parle pas de violences physiques

Mais il est des moments critiques

Où la meilleure des  solutions

Se trouve dans la fuite ou l’action

Au travail comme à la maison

Il faut parfois savoir dire non

 

Quand une situation semble difficile

Que la vivre n’a rien de tranquille

Qu’elle n’est que questions et conjectures

Et que sans réponse elle perdure

Le mieux est de sortir de ses gonds

Avec un bon pétage de plombs

 

L’abcès sera enfin percé

Votre esprit soudainement libéré

Et une fois la tempête passée

Les conclusions pourront émerger

CIMG6616

Posté par Louise Varenne à 21:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

14 avril 2018

Le regard des autres, ne jugeons pas sur l'apparence

LE REGARD DES AUTRES

Oscar Wilde disait « La beauté est dans les yeux de celui qui regarde »

Et Saint-Exupéry « On ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux. »

 

Qui peut prétendre être vilain ou beau

Notre enveloppe n’est-elle pas qu’une apparence ?

Faut-il juger les gens justes sur leurs défauts ?

Et croire en leur pouvoir car ils ont une présence

 

L’image de soi que chacun véhicule

Tantôt juste magique, ou tantôt ridicule

N’est qu’un miroir fade de notre aspect physique

Vision édulcorée sans aucun lien psychique

 

Le petit bout de nous que l’on veut bien montrer

Cache tout un mystère trop bien dissimulé

Un jardin très secret où se blottit notre âme

D’une couleur pastel ou noire comme le drame

 

Il est bien malaisé de pouvoir tout comprendre

De pouvoir tout savoir sans jamais se méprendre

Pour connaitre quelqu’un, il faut beaucoup de temps

Accepter ce qu’il est sans porter de jugements

 

Ne jamais se vanter d’être plus beau que tout

Se croire supérieur et montrer du dégout

Envers celui là qui nous semble si laid

Si différent de nous et parfois un peu niais

 

La nature nous a fait telle que nous nous voyons

Mais ne faut-il pas juger la forme sur le fond

Rien de nous n’est parfait et le physique change

Cultivons notre cœur pour tutoyer les anges.

CIMG3533

Posté par Louise Varenne à 14:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


Adultère... Les sentiments humains sont bien compliqués

ADULTERE

Une bulle d’oxygène

Dans une vie compliquée

Une bulle d’oxygène

Qui rime avec aimer

 

Un petit souffle d’air

Pour chasser la galère

D’un couple qui prend l’eau

Miné par quelques mauxtendresse

 

Changement d’herbage réjouit les veaux

Faut-il vraiment le prendre aux mots

Ce vieil adage tant apprécié

Des couples qui ont trop durés

 

Je reste même si je ne t’aime plus

Je reste même si je n’en peux plus

De cette vie que nous avons construite

Car c’est le fruit de nos envies

 

Besoin physique ou de tendresse

Comme un remède à la détresse

D’une vie morne et sans plaisir

Que les apparences font tenir

 

S’évader pour quelques heures de liberté

Rester, avancer encore ou tout quitter

Choisir entre le cocon et l’inconnu

Qui peut dire ce qui sera perdu

 

Qui peut dire ce qui sera gagné

La liberté de vivre et d’être aimé

Sans mentir et sans se cacher

Chacun détient sa vérité

 

L’adultère n’a pas d’âge

Il fait parti du paysage

Mais aux jeux du sexe et de l’amour

Le mot perdant rime avec toujours

Adultère

Posté par Louise Varenne à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

12 avril 2018

Apprendre, être curieux de tout et vivre

Nous apprenons tous les jours, sur la vie, sur les gens, sur le monde qui nous entoure, sur l’amour…

A chaque nouvelle rencontre nous découvrons l’autre, sa façon de penser, de voir la vie, de l’appréhender. Nous découvrons de nouveaux horizons, de nouvelles cultures.

Nous nous enrichissons de ces découvertes, elles nous instruisent, nous rendent méfiants parfois.

Nous forgeons notre caractère et nos sentiments au travers de ce que nous vivons. Si parfois nous sommes blessés il nous faut accepter de nous éloigner, de garder notre jugement intact et continuer notre vie avec nos convictions.

Nul ne peut nous soumettre à sa loi où à sa façon de penser si elle ne nous correspond pas.

Il faut savoir trouver son équilibre dans la voie que nous nous sommes tracée. Profiter des petits bonheurs d’une vie simple et ne pas douter. Carpe Diem, cueille le jour, nous ne connaissons pas ce qui nous arrivera demain, ce n'est peut-être pas la mort et le présent est la seule réalité tangible.

P1000852

Posté par Louise Varenne à 21:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

Ne sommes nous pas toutes des Pimprenelles?

PIMPRENELLE

 J’ai une tête

Deux jambes et deux bras

Un cœur qui bat

Une vie de patachon

Qui ne tourne pas toujours très rond

Une envie de toujours rire

Un énorme besoin de sourire

Des moments de désespoir

Ou je ne broie que du noir

Des moments de folie

Qui vous font aimer la vie

Qui vous font danser sur place

Et chanter comme la Callas

Tout en gardant sa raison

Garde-fou de l’abandon

Perdue dans un monde dérangé

Mais qui l’a toujours été

Le plaisir d’être solitaire

Sans avoir besoin de plaire

Aimer être en compagnie

Echanger des tranches de vie

Etre tout simplement banale

Ne pas rester dans les annales

Les pieds au sol, la tête dans les étoiles

Et les mains sur la queue de la poêle

Photo 001

Posté par Louise Varenne à 13:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

11 avril 2018

Névrose nous portons tous en nous un côté un peu névrotique

 NEVROSE

Qui peut dire aujourd’hui ne pas être névrotique

Dans un monde de stress, de violence et de fric

Chacun a, bien caché, une peur de quelque chose

Souvent depuis l’enfance, a plus ou moins haute dose

 

La vilaine araignée et ses grandes pattes velues

Et cette pièce si noire qu’on s’y croirait perdu

L’angoisse du dehors, la peur du grand vide

Et celle de vieillir, de voir naitre les rides

 

Cette pièce si petite qui va nous étouffer

Ou ce plafond si bas, cette cave enterrée

Peur du père Noël ou du grand clown blanc

Ces névroses phobiques qui durent dans le temps

 

Et ces troubles de l’enfance enfouies tout doucement

Qui reviendront peut-être quand vous serez plus grand

Ces syndromes qui vous suivent sans être dérangeant

Que vous pouvez nommer,  comprendre simplement

 

Les névroses d’angoisse qui surprennent les anxieux

Qui minent  les timides, et vous prend en tous lieux

Ceux qui passent des heures à se laver les mains

A toujours vérifier s’ils ont bien tout éteint

 

Névroses boulimiques ou bien anorexique

Problème d’acceptation, chirurgie esthétique

Sans parler de tous  ceux qui souffrent d’énurésie

La liste est déjà longue et surement pas finie

 

Les hypocondriaques et leurs  médicaments

Les dépressifs perdus sans la boite de calmants

Doit on citer aussi alcooliques et drogués

Et puis tout ce qui touche à la sexualité

 

Mais après ce n’sont plus, que de simples névroses

Il nous faut rechercher du côté des psychoses

Mais là, bien heureusement le nombre est plus restreint

Saurez-vous reconnaitre quels sont les plus atteints ?

20160428_160616

Posté par Louise Varenne à 10:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,